Comment Rédiger une Newsletter Efficace ?

Comment Rédiger une Newsletter Efficace ?

Comment rédiger une newsletter efficace ?

Ceci est un article invité du site journalb2b.com.

L’envoi d’une newsletter est un outil marketing qui a fait ses preuves durant de nombreuses années. Cet outil, qui diffère du mailing ou de l’envoi de courriel commerciaux, est communément appelé infolettre. Une newsletter sert à diffuser des contenus divers concernant l’actualité des entreprises, des informations sur tel produit ou service.

Lorsqu’une newsletter est bien conçue et rédigée, elle peut être la source de bénéfices incroyables à l’entreprise en termes de fidélisation et de rétention, de connaissance des clients, d’amélioration du trafic sur le site web, de constitution des bases de données client.

Cependant, ce type de contenu a commencé au fil des années à perdre de l’intérêt aux yeux des utilisateurs car la newsletter est assimilée à des mails commerciaux. Les abonnés ont aussi tendance à se désabonner ou à se désintéresser de ce type de mail lorsque le contenu qui leur est proposé ne suscite pas forcement leur intérêt ou ne parvient pas à leur offrir une information précieuse ou une certaine plus-value.

Comment rédiger une newsletter efficace de sorte à capter l’intérêt de nos abonnés et profiter des nombreux avantages potentiels de ce type de contenu ?

Au-delà des choix stylistiques que chacun est libre de faire, toutes les newsletters ont cependant des caractéristiques communes qui sont son objet, l’expéditeur, le destinataire, le choix du template et des images.

L’objet, élément clé pour créer une newsletter qui accroche

rédiger une newsletter efficace


Toutes les newsletters doivent avoir un objet qui puisse solliciter l’intérêt des abonnés et les pousser à consulter la newsletter. L’objet sert à vous faire savoir immédiatement de quoi parlera la newsletter. 

L’objet de la newsletter doit être captivant et invitant. En effet, vous pouvez rédiger la newsletter parfaite, mais si vous ne prenez pas soin de son objet en faisant en sorte qu’il soit accrocheur pour augmenter le « taux d’ouverture » de votre infolettre, cela ne sert à rien.

Alors comment faire pour trouver un objet de newsletter efficace ?

Retrouvez plus d‘articles sur les techniques de rédaction web et SEO sur Businesspress !

Plusieurs éléments peuvent faire en sorte de transformer un simple objet en un objet accrocheur : 

  • être bref et poser des questions et inviter à l’action ;
  • essayez d’être clair et direct ;
  • éviter les mots “gratuit”, ” valable jusqu’à ce soir minuit “, “en exclusivité pour vous”, “code cadeau”, “ne manquez pas …” ;
  • les caractères spéciaux et les points d’exclamation ;
  • éviter d’écrire en majuscules.

Évidemment, l’objet doit être différent pour chaque envoi et il est conseillé d’éviter les mots qui contiennent des références explicites aux prix, coûts et promotions. En effet, votre newsletter pourrait se retrouver dans les SPAM.
Par ailleurs, il est préférable de donner immédiatement les informations les plus importantes dans votre objet.

Certaines études statistiques ont montré que les meilleurs taux d’ouverture étaient enregistrés avec des objets très longs, c’est-à-dire plus de 60 caractères, ou à l’inverse très courts, donc à moins de 15 caractères. Personne ne sait quel est le nombre magique, l’important est de ne pas ennuyer votre cible.

Soigner les noms des expéditeurs et des destinataires

Qui envoie et qui reçoit la newsletter ? En ce qui concerne le nom de l’expéditeur, il vaut mieux éviter les noms tels que news, promos, etc … si vous ne voulez pas être archivé ou classé en tant que SPAM.
Les noms des destinataires, c’est-à-dire ceux de vos abonnés,  peuvent être collectés dans des bases de données puis être divisés en listes. Chacun de ces éléments peut être classé avec une cible utilisateur spécifique. 

Définir l’aspect graphique de la newsletter

Il est très important de choisir ou de créer un modèle responsive, c’est-à-dire capable de s’adapter à différents écrans, tels que le bureau et le mobile. Certaines platesformes de e-marketing proposent des « templates » prêts à l’emploi, pour permettre à quiconque de créer des newsletters attrayantes et personnalisables, sans avoir besoin de compétences en langage graphique ou HTML.

Avant d’opter pour un style en particulier, il convient de vérifier l’âge de vos utilisateurs cibles. Ceci vous sera d’une grande utilité !

rédiger une newsletter

La structure au sein de ces modèles reprend la structure classique d’une newsletter, à savoir :

  • un en-tête ;
  • la partie image ou logo ;
  • le texte, c’est-à-dire le corps de la newsletter ;
  • et un pied de page, où l’on peut trouver les informations légales du destinataire et la possibilité de se désinscrire de la liste de diffusion.

Comment choisir le bon contenu pour la newsletter : textes et images

Chaque newsletter est composée d’en-têtes, de corps et de pied de page. Mais comment les remplir ? Comment créer le bon contenu textuel et visuel pour une newsletter efficace?

Tout d’abord, pour créer un contenu intéressant pour vos utilisateurs, vous devez savoir quel âge ils ont et pour quelle raison ils se sont enregistrés dans votre base de données, que ce soit pour le travail, les loisirs ou d’autres raisons.
Une fois que vous avez une vision plus claire du profil et des besoins de vos abonnés, tout deviendra plus simple, du ton à adopter jusqu’au lexique à employer, en passant par le choix des images.

Soigner le contenu de votre newsletter

 

À lire aussi  Quel Salaire pour le Rédacteur web ? Les Chiffres Clés


Vous pouvez suivre la méthode de la pyramide inversée: organiser le contenu du plus “générique” au plus ciblé jusqu’à aller au cœur du sujet. Attention à ne pas faire trop long : le lecteur ne va pas prendre le temps de lire tout le texte.

Écrivez un texte générique sous l’en-tête (encore une fois pour ne pas finir dans les SPAM), qui révélera progressivement où vous voulez en venir. Essayez d’utiliser des listes à puces pour signaler aux lecteurs les points les plus importants à retenir.

Enfin, ajoutez un lien avec un appel à l’action, c’est-à-dire une invitation à agir, à effectuer une action. Le message doit être aussi efficace que possible (par exemple : “Réservez votre formation maintenant!”). Le bouton doit attirer l’attention, mais sans être trop intrusif dans la page. Attention à ne pas trop dévier du style de la marque ou du logo pour ne pas confondre le lecteur !

Cela peut sembler étrange, mais il est préférable de placer le lien avec l’appel à l’action en bas du texte, afin de donner au lecteur l’occasion de lire tout le contenu de votre newsletter ! 

Le choix des images pertinentes

Les images comptent parfois plus que les mots, car les utilisateurs sont paresseux et ont peu envie de lire. C’est pourquoi il faut essayer d’insérer les points les plus importantes sur les images.


Choisissez toujours des images évocatrices mais authentiques, sans tomber dans la banalité (comme l’image d’une plage ou d‘une île paradisiaque car cela pourrait certainement mettre à mal votre crédibilité).

Mieux vaut prendre des photos ad hoc quand cela est possible et éviter de se servir des banques d’images, en particulier à des occasions telles que Noël, la Saint-Valentin ou Pâques, où tout le monde envoie des newsletters similaires. En résumé, démarquez-vous !

 

Partagez

Cet article a 4 commentaires

  1. Valentine

    Dans certaines messageries (notamment hotmail), les images ne s’affichent pas automatiquement, ce qui est assez pénalisant si on essaye de faire une jolie newsletter. Une astuce, à part écrire aux abonnés de cliquer en haut du mail pour les autoriser ?

      1. Mélissa

        Bonjour Jennifer, merci pour le lien c’est très intéressant. Finalement, je trouve que l’intégration d’images reste complexe à gérer. Et on est jamais certains que ça s’affichera correctement. Ne vaut-il pas mieux en mettre le moins possible ? J’ai regardé une interview dernièrement et un certain nombre de blogueurs préfèrent carrément miser sur des emailings textes avec storytelling…

        1. Jennifer

          Oui, je suis de cet avis aussi. Plus l’email fait “commercial”, moins il plaît aux abonnés. Voilà pourquoi je ne mets que du texte dans mes newsletters.

Laisser un commentaire