rédactrice web
Le métier de rédacteur web

De 0 à 3 000 €/Mois : Mon Histoire De Rédactrice Web

Si vous doutez que l’on puisse vivre confortablement de la rédaction web, cet article est fait pour vous. J’y raconte mon histoire. Pas de langue de bois, de SEO, de copywriting. Juste mon témoignage. Sincère et véridique. Voici comment je suis devenue une rédactrice web qui déchire.

Comment tout a commencé…

rédactrice web

C’est l’histoire classique de la jeune femme diplômée qui met sa carrière de côté pour élever ses enfants.

2005, naissance de ma première fille. Je viens de décrocher ma licence.

Je pouponne et j’aime ça. Cet enfant, c’est le sens de ma vie.

14 mois plus tard, naissance de ma seconde fille.

Elle est très calme. Finalement, avoir deux enfants si rapprochés, ce n’est pas aussi difficile que les gens le disent. Je prends mon rôle de mère au foyer très à cœur et crée un cocon pour ma famille.

Trois ans plus tard, ma première rentre en maternelle. Mes enfants commencent leur vie. Et moi dans tout ça ?

C’est décidé, je reprends les études. Master d’anglais par correspondance. Je travaille quand mes filles font la sieste et jusqu’à très tard le soir.

Deux ans plus tard, je décroche mon diplôme. Mention « Bien ». Je suis fière de moi.

Et après ?

Mes princesses sont des « grandes » maintenant, elles vont en primaire. Je me mets à mon compte en traduction. Quelques mois plus tard, je suis contrainte d’abandonner. Ça commençait à marcher pourtant…

Alors je lis. J’entretiens mon intellect. Je regarde des émissions intelligentes où l’élite parisienne tente de refaire le monde à coup de théories absconses. Cette élite qui n’en a strictement rien à faire des mères au foyer comme moi.

2014, mon fils naît. Je commence à écrire.

C’est l’histoire classique de la mère au foyer peu épanouie.

La dépendance financière, le manque d’épanouissement, l’impression de vide. Et pourtant, que je l’aime ma famille.

2017, je décide de quitter le pays où je suis expatriée depuis 14 ans. Direction la France. Objectif : une vie meilleure. Ça fait des mois que je fais des recherches sur internet. Et il y a ce métier qui me fait envie : la rédaction web.

J’y vais.

Mes débuts en tant que rédactrice web

rédactrice web

Comme toute rédactrice web débutante qui se respecte, je m’inscris sur les plateformes de rédaction. Certaines sont tellement sollicitées qu’elles me proposent de me mettre sur liste d’attente. « On vous recontactera d’ici quelques mois ».

Super. Et comment je fais moi, d’ici là ?

Ce n’est pas grave, je ne perds pas espoir. Et surtout, il faut que je cloue le bec à ces mauvaises langues qui me disent que je n’y arriverai pas. Mais c’est difficile de croire que je vais pouvoir vivre décemment avec les tarifs qu’on me propose.

Voyons. 1 centime le mot… ça fait 1 euro les 100 mots. Sachant que je peux rédiger 400 mots de l’heure (et encore), ça fait… 4€ de l’heure. Ce n’est pas en France que j’aurais dû venir m’installer, mais au Malawi.

Je ne m’avoue pas vaincue. Et mon acharnement paie. Je trouve ma première mission sur GreatContent : 100 articles à rédiger pour les assurances. Et c’est plutôt pas mal payé. Bingo !

Parallèlement, je fais la connaissance de Lucie, du blog Formation Rédaction Web. Elle débute en blogging, n’a plus trop le temps de rédiger pour ses clients. Elle trouve que j’ai du talent et refile mon contact à certains d’entre eux. Elle réussit à me convaincre que l’on peut tout à fait vivre de la rédaction web, moi qui suis encore dubitative. Merci Lucie 😊 !

Mon business commence à prendre forme. Je travaille beaucoup. Mes filles sont heureuses de me voir épanouie. Et moi, je ne changerais de métier pour rien au monde.

Mes premiers gros clients

Les clients sont contents de mon job. Je suis douée, paraît-il.

Je prospecte sur Linkedin, envoie des mails, lis des blogs et des bouquins de référence sur le SEO, le copywriting, la rédaction web… Et ça paie. Un gros client me demande de faire un test. Affaire conclue. Je deviens officiellement la rédactrice web d’un gros site internet.

rédactrice web

Mon CA triple.

Trois mois plus tard, je décroche un nouveau client. Il est exigeant, mais il paie bien. Mon CA grimpe encore.

J’y suis arrivée. 1 an plus tard, je suis devenue une mumpreneure épanouie :

  • mon CA dépasse largement mes ambitions du début, moi qui aurais été heureuse juste de toucher le SMIC ;
  • je suis toujours présente pour mes enfants ;
  • mes clients sont super sympa.

Oui, ce n’est pas facile tous les jours. Entre les enfants à gérer, les repas à préparer, le ménage, les textes à rendre, les nouvelles commandes, les retours clients, les factures à éditer, le temps de prospection… il y a de quoi perdre la tête.

Mais que c’est bon 😊

Rien n’est impossible

C’est l’histoire classique d’une mère au foyer qui rêve d’autre chose.

Mais ce roman pathétique s’arrête là. J’ai cru en moi et je l’ai fait. J’ai travaillé dur pendant que tout le monde dormait. Et j’ai appris ce qu’il y avait à savoir pour cartonner en rédaction web.

Vous le pouvez, vous aussi.

Quoi ? Vous ne connaissez rien à ce métier, au monde du digital, et vous pensez que SEO est une nouvelle marque de vêtements pour enfants ?

Ce n’est pas grave. Il suffit d’apprendre. Comme j’ai appris moi-même.

Ne vous laissez pas avoir par ces gens qui vous diront que c’est n’importe quoi. Que vous n’êtes pas capable. Laissez-les vous rire au nez. Vous connaissez l’adage : rira bien qui rira …

Enfin, vous savez.

Et après…

Et après, il y a ce blog. Mon nouveau bébé en quelque sorte (on ne se refait pas 😊).

Pourquoi se lancer dans le blogging alors que tout va bien pour moi ? Parce que j’aimerais transmettre ce que j’ai appris.

Aux blogueurs et aux entreprises notamment, en leur livrant les secrets d’écriture qui ont fonctionné pour mes clients.

Mais aussi (et surtout je crois), aux femmes qui ne travaillent pas mais qui rêveraient de le faire tout en voyant grandir leurs enfants.

Afin qu’elles deviennent des femmes accomplies, elles aussi.

Si mon histoire vous parle, laissez-moi un commentaire, je serais ravie qu’on en discute. Si vous souhaitez en faire profiter vos amis, partagez au maximum. Qui sait, peut-être que ça changera la vie de quelques personnes.

rédactrice web

 

 

Partagez l'article :
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

6 commentaires

  • Loula

    Hey ! ! ! Jennifer ! Big, big, biggissime coup de foudre humain (en tout bien, tout honneur) ! Et tant pis pour les fautes ! Na !

    Quel plaisir de découvrir une personne comme toi, généreuse, qui écrit du concret qui rassasie , du concret non parsemé de fleurs (oups, de fautes de toutes sortes, même dans les E-books, même dans les formations des stars “mentors”).

    Je te remercie infiniment car j’avais BESOIN de tomber sur une personne comme toi.

    Il se trouve que j’ai lu certains écrits de Lucie Rondelet, et que grâce à elle, je me suis inscrite sur Textbroker.

    Après le test, j’ai obtenu 4 étoiles et j’ai écrit un premier article…
    J’y ai passé la nuit …
    -“Ouuuh , la vilaine limace ! …”
    Et je n’ai plus écrit.
    – “Oui, je sais, c’est la première fois, tu découvrais le codage HTML, il faut persévérer.”..
    Oui… Mais non. En dehors de la rentabilité qui frise le néant, je n’ai pas eu le courage de continuer à jouer à perdre du temps.

    Au fait, je suis retraitée et j’ai 70 ans… Non, non, pas de “sauve qui peut”, on est la même petite fille, mais en plus vieux.

    Il faut vraiment que j’arrête car JE N’AI PAS LE TEMPS pour l’instant, mais dès que j’en aurai, j’irai découvrir toutes les pépites que tu sèmes “de partout” dans tes productions écrites.

    J’ai eu le temps de lire ton parcours. Félicitations !

    Merci, merci, merci, Jennifer.
    Salutations cordiales et bonne chance à tous ceux ou celles qui liront ce roman-fleuve rempli de sincérité.

    Loula

    • Jennifer

      Bonjour Loula,
      Que dire après un tel commentaire à part: merci infiniment.C’est dommage que tu aies mis de côté la rédaction web suite à ton expérience, mais je peux le comprendre. Les plateformes de rédaction, ce n’est pas ma tasse de thé. Je pense qu’il y a d’autres moyens de se faire connaître et d’avoir de plus en plus de clients sans passer par ces usines. Merci à toi Loula. Les blogueurs comme moi avons BESOIN de lecteurs comme toi. À très vite sur ce blog.
      Jennifer

Laisser un commentaire