Quand je me suis lancée en rédaction web en 2017, je ne connaissais rien au métier de copywriter. C’est d’ailleurs sûrement le cas pour la majorité des rédacteurs web freelances.

Puis, quand j’ai créé mon business en ligne, un nouveau monde s’est ouvert à moi : celui du webmarketing, avec son jargon, ses bonnes pratiques, et… le copywriting.

Vous êtes rédacteur/rédactrice web et souhaitez devenir copywriter pro pour faire gonfler votre CA et obtenir plus de gros clients ? Ou alors vous envisagez une reconversion dans un métier du digital pour pouvoir travailler à la maison ? Je vous explique comment je suis passée de rédactrice à copywriter freelance.

Rédactrice web SEO vs. copywriter pro

Un petit rappel pour tous ceux qui découvrent ces deux métiers en ligne.

Le rédacteur web SEO rédige des textes optimisés pour ses clients :

  • des articles de blog
  • des fiches produits (pour un site e-commerce)
  • des petites annonces
  • ebooks
  • etc.

Avant de rédiger (et s’il ne connaît pas son sujet), il recherche des informations sur des sites fiables puis reformule tout en hiérarchisant ses données. Selon le domaine et la technicité du texte à rédiger, ce travail de recherche peut prendre de quelques minutes à plusieurs heures.

Il peut aussi se charger de toute la stratégie éditoriale, notamment si son client est une petite structure (infopreneur par exemple). Il choisira alors les mots clés sur lesquels se positionner et établira un calendrier éditorial avec tous les articles à rédiger pour l’année.

Un copywriter écrit des argumentaires de vente (page de vente, emails, publications sur les réseaux sociaux).

Son but est de toucher le prospect en plein cœur avec ses mots, dans un seul but : décrocher une vente. Pour être un bon copywriter, il faut alors connaître la cible du client sur le bout des doigts, ce qui implique un travail en amont très important. L’étape préliminaire de tout travail de copywriting est bien souvent ce qui prend le plus de temps. J’ai déjà passée 3 semaines à étudier un marché avant d’écrire une page de vente pour un client dans la thématique du jardinage bio.

Vous voyez, ces deux métiers du web sont bien différents et ne mobilisent pas les mêmes compétences.

Pourquoi être passée de la rédaction web au copywriting ?

Je n’ai pas cherché à devenir copywriter. Ce fut un pur hasard.

Mais j’avoue que j’y ai vu beaucoup d’avantages :

  1. Le chiffre d’affaires : un copywriter gagne beaucoup plus qu’un rédacteur web
  2. La concurrence : il y a encore peu de bons copywriters sur le marché. Je pense d’ailleurs que le copywriting est un des métiers du web qui a le plus de potentiel de développement
  3. La complexité : le copywriting, c’est bien plus que de l’écriture mécanique. C’est un savant mélange entre écriture, psychologie humaine, marketing. Bref, tout ce que j’aime. C’est juste passionnant. Écrire des articles de blog, j’aimais ça. Mais jouer avec les mots, les combiner pour obtenir un message percutant, je kiiiiiiffffe
  4. L’envie d’évoluer, tout simplement. Après 3 ans à faire de la rédaction web, j’avais aussi envie d’autre chose. Je ne pense pas qu’on puisse être rédacteur toute sa vie. Il y a forcément un moment où on cherche un moyen de gagner en compétences. Et ce qui a de génial avec l’entrepreneuriat en ligne, c’est que tout est possible si on s’en donne la peine.

Comment je suis devenue copywriter pro ?

Le monde du web regorge d’opportunités à saisir. Un jour, un web entrepreneur est tombé sur mon blog et a aimé ma façon de rédiger. Il était étonné de la façon dont j’utilisais le copywriting dans mes articles. Il m’a demandé si je savais écrire des pages de vente.

À votre avis, est-ce que c’était le cas ? 😉

Of course, not.

Et que pensez-vous que j’ai répondu ?

“Écoute, j’avoue être une totale débutante, mais je veux bien essayer. Il te la faut pour quand ?” 😂😂😂😂😂

Heureusement pour moi, il n’était pas pressé. J’avais 1 mois pour rendre ma copie.

Je me suis mise à analyser les meilleures pages de vente en copywriting, j’ai étudié à fond les documents qu’il m’avait fournis sur son avatar client, son marché, etc. Et je me suis lancée.

Bon, je ne dirai pas combien d’heures j’y ai passé (#perfectionnisme) mais j’ai réussi à sortir un truc carrément pas mal. Mon client était très satisfait et m’a recommandé à d’autres amis web entrepreneurs.

Parallèlement, j’ai développé mes compétences en lisant beaucoup et en pratiquant via mon business en ligne (rédaction d’emails, tunnels de vente, création de formation, etc.).

Aujourd’hui, il m’arrive d’accepter certaines missions de copywriting pour des clients quand leur projet me plaît et que j’ai un peu de temps. Mais être un bon copywriter pro demande beaucoup d’investissement. C’est pourquoi il est difficile d’avoir plus de 2 ou 3 clients réguliers. Et clairement, je manque de temps.

Faut-il une formation en copywriting ?

Bien sûr, il est toujours possible d’apprendre en mode autodidacte.

Mais il faut être honnête : se former, c’est toujours mieux. Ça permet de gagner du temps car une bonne formation en copywriting concentre tout ce qu’il a à savoir sur l’écriture persuasive en un seul endroit.

Le copywriting, c’est un peu une science à part. Ce n’est pas comme le SEO, c’est très intuitif. Tout le monde y va de ses petites recettes. Donc le temps de rassembler toutes les méthodes que vous trouverez sur le net, de faire le tri entre le bon et le mauvais et d’implémenter, il peut s’écouler plusieurs mois, voire même années.

Est-ce que vous pouvez faire comme moi ?

Avant, je pensais que le copywriting n’était pas fait pour tout le monde. Qu’il fallait un sens développé de la psychologie pour cerner les attentes des gens et rédiger un texte qui leur parle.

Mais finalement, en pratiquant la conception-rédaction quotidiennement, je me suis aperçue que ce n’était qu’une simple question de techniques.

Écrire une page de vente, c’est un jeu comme des blocs à assembler. À partir du moment où vous maîtrisez chaque concept, il suffit de les enchaîner de façon cohérente. Attention, je ne dis pas que c’est facile. Il faut pratiquer pour s’améliorer. Mais c’est comme tout finalement.

Conclusion : oui, un bon rédacteur web peut devenir copywriting pro. Et la bonne nouvelle, c’est que la rédaction publicitaire est très recherchée (contrairement au secteur de la rédaction qui commence à être un chouia saturé quand même).

Et vous, devenir copywriter freelance, ça vous tente ?

Jennifer 😉

Partagez