10 Astuces SEO pour Améliorer votre Position sur Google

10 Astuces SEO pour Améliorer votre Position sur Google

Pour améliorer le positionnement de son site internet, pas d’autres choix que de passer par le référencement naturel (SEO).

Si ce terme vous donne de l’urticaire et l’envie de prendre vos jambes à votre cou, lisez cet article.

Je vous donne 10 astuces seo simples qui vous aideront à remonter dans la SERP et avoir plus de trafic.

Astuce SEO #1 – Utiliser les bons mots-clés aux bons endroits

Vous savez probablement déjà que vous devez ajouter des mots-clés aux pages que vous souhaitez classer. Mais l’endroit où vous les placez est tout aussi important que leur fréquence.

Attention, l’époque où truffer les contenus web de mots clés (= keyword stuffing) vous permettait de gagner des positions dans Google est révolue. Les algorithmes comme Rankbrain sont passés par là. Assurez-vous donc d’insérer vos requêtes clés dans :

  • la balise de titre de votre page
  • votre URL
  • votre introduction
  • au moins une balise h2
  • quelques fois dans le corps de votre article

Les mots clés que vous choisissez sont tout aussi importants que leur emplacement sur la page en référencement naturel. Si vous cherchez à vous positionner sur des requêtes avec une concurrence élevée, peu de chances de tirer votre épingle du jeu. L’astuce SEO consiste alors à travailler les longues traînes.

Exemple :

Au lieu choisir “vacances Paris”, préférez “vacances Paris en famille”.

Au lieu de ” mode femme”, préférez “mode femme grossesse” ou “mode femme grande taille” ou “mode femme grande taille 50 ans.”

Contrairement aux mots clés courts et trop généraux, la longue traîne en SEO désigne les mots clés qui attirent peu de visiteurs mais dont le cumul représente une part assez importante du trafic total.

Vu qu’ils sont moins tapés par les internautes, ils sont moins concurrentiels. Vos chances d’être bien positionné dans le SERP de Google sont maximisées.

Mais ce n’est pas fini.

Pour vous classer dans Google aujourd’hui, vous devez également ajouter des synonymes et d’autres mots clés associés à votre contenu (ce que l’on appelle les mots clés LSI).

Exemple :

Pour rédiger un très bon article optimisé intitulé “Comment fabriquer sa tête de lit?”, vous devrez inclure des mots comme “DIY”, “chambre à coucher”, “dormir”, “rangement”, “déco”, “bois”, “tissu”, “peinture”, etc.

Comment trouver ces mots clés associés pour enrichir votre texte ?

  • Recherchez simplement votre mot clé cible dans Google. Reprenons notre exemple “Fabriquer une tête de lit”. Faites défiler vers le bas des résultats de la recherche et ajoutez quelques termes “Recherches associées à…” à votre article.

astuces seo

  • Parcourez les articles de vos concurrents et listez les termes auxquels vous n’aviez pas pensé
  • Faites carburer votre cerveau, tout simplement 🙂

C’est fait 🙂

SEO tip #2 – Donner aux internautes ce qu’ils cherchent

Voici une vérité qui fâche : le Pogosticking peut améliorer ou faire baisser votre classement sur Google. Oui, je sais, c’est dur !

Mais c’est quoi le Pogosticking au juste ?

“Le Pogosticking est l’analyse par les moteurs de recherche du comportement de l’internaute dans ses pages de résultats : soit il clique sur un lien puis revient (la page n’a pas répondu a priori à ses attentes), soit il clique et ne revient pas (la page est statistiquement considérée comme pertinente).”

Source : Abondance.com

Cette analyse du comportement de l’utilisateur donne des indications à Google sur la qualité des données fournies par le site. Inutile de dire que si votre visiteur ne repart pleinement satisfait, Google le saura. Google vous rétrogradera.

La question est donc :

Comment garder les utilisateurs sur son site plus longtemps ?

Commencez par structurer vos textes avec des puces et des sous-titres. Car lorsque votre contenu est facile à lire, les internautes passeront plus de temps sur votre site.

Je vous donne d’autres conseils ici pour rédiger des articles de blog au top niveau.

Conseil suivant…

#3- Rechercher des mots clés suggérés

Vous savez probablement déjà que vous pouvez utiliser Google Suggestions pour trouver des mots clés de longue traîne :

Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que vous pouvez utiliser cette même approche avec d’autres moteurs de recherche.

Comme Wikipédia :

astuces seo

YouTube :

Bing :

Ou encore Pinterest :

astuces seo

😉

#4 – Supprimer les pages zombie

Les pages zombie sont des pages de votre site qui ne génèrent aucun trafic sur une période donnée (1 an en général).

Elles sont juste… là. Comme les députés à l’Assemblée (ha! ha!)

Lorsque vous supprimez des pages zombie, vous pouvez mieux vous positionner et obtenir plus de trafic venant de Google.

Un site de e-commerce a vu une augmentation de 31% du trafic des moteurs de recherche et générer 28% de revenus supplémentaires quand il a supprimé 11 000 pages de produits.

Pourquoi cette astuce SEO fonctionne-t-elle ? Eh bien, Google ne veut pas classer les sites gonflés avec un contenu de piètre qualité. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le géant américain lui-même sur son blog :

“Si certaines parties d’un site sont des contenus de faible qualité, alors cela peut dégrader le positionnement de l’ensemble du site. En conséquence, le positionnement de votre contenu de haute qualité pourrait progresser si vous supprimez les pages de faible qualité, ou si vous regroupez ou améliorez le contenu de certaines pages superficielles pour en faire des pages plus utiles, ou si vous migrez vos pages de mauvaise qualité vers un autre nom de domaine.”

Vous voulez en savoir plus sur les pages zombies en SEO, le site WebRankInfo en parle très bien.

Téléchargez votre checklist SEO !

Cliquez pour recevoir une checklist des points SEO à ne SURTOUT pas oublier avant de publier un article.

Astuce SEO #5 – Utiliser la Search Console de Google

C’est l’une de mes astuces SEO préférées. Voilà comment cela fonctionne :

Tout d’abord, connectez-vous à la Google Search Console. Dirigez-vous vers le rapport sur les performances. Cliquez sur “page”.

Ça vous montrera quelles pages vous apportent le plus de trafic.

Si vous cliquez sur l’une des pages, vous pouvez voir tous les mots-clés pour lesquels cette page se classe déjà.

Et si vous creusez un peu plus, vous trouverez BEAUCOUP de mots-clés pour lesquels vous ne saviez même pas que vous étiez classé.

Pourquoi est-ce important ?

Eh bien, si je me classe pour ces mots-clés par accident, imaginez ma position si j’avais vraiment voulu me positionner dessus.

Donc, pour obtenir plus de trafic à partir de ces requêtes de recherche, il me suffirait de disséminer ces termes dans mon article de départ.

Conseil #6 – Ajouter un H2 “Qu’est-ce que” au début de l’article

Lorsqu’un internaute recherche un terme assez “calé” sur Google, il veut en avoir une définition. Et comme le souligne Ross Hudgens, fondateur de Siege Media, une agence de content marketing spécialisée en SEO, les premiers résultats de la SERP pour ce genre de termes ont tendance à répondre à la question : “Qu’est-ce que X?”.

Par exemple.

Quand vous tapez la requête “marketing de contenu”, les 2 premiers résultats répondent à la question : “Qu’est-ce que le marketing de contenu ?”

Conclusion : si vous rédigez un article sur un aspect précis de votre domaine, noubliez pas de prévoir un H2 : “Qu’est-ce que X?”.

Astuce #7 – Publier du contenu de qualité

Les articles qui se positionnent en première page de Google contiennent en moyenne 1 890 mots. Pourquoi ?

  • Parce qu’ils sont susceptibles d’appréhender le sujet de façon globale, et donc de répondre totalement aux attentes du visiteur.
  • Parce qu’ils contiennent plus de mots clés LSI dont on a parlé plus haut.

Selon Eric Enge, spécialiste du marketing numérique:

“Nous avons suivi les performances SEO d’un certain nombre de sites. Les sites qui ont fourni un contenu de qualité exceptionnelle ont littéralement grimpé en flèche dans les classements tout au long de l’année. Les sites dont la profondeur de contenu était plus faible ont souffert en comparaison.”

Votre contenu doit être unique et fantastique, afin de se démarquer des 2 millions d’articles de blog qui sont créés chaque jour. Et pour ce faire, vous devez bâtir une vraie stratégie éditoriale.

Maintenant… si vous ne savez pas comment rédiger du contenu exceptionnel, cliquez ici pour obtenir ma formation gratuite sur le sujet.

#8 – Optimiser la balise title pour booster son CTR

Bon, vous savez qu’il faut inclure votre mot clé dans votre titre (si vous avez raté un truc, retournez au début de l’article ;)). Mais saviez-vous que votre balise title devait aussi être optimisée pour le CTR (Click Through Rate) ?

Pourquoi ?

Parce que c’est un des critères SEO les plus importants selon Google. En d’autres termes, si un internaute cherche une info sur internet, et qu’il clique sur votre page, ça indique au moteur de recherche que vous avez fait le job. En échange, ils pourront vous faire remonter dans la SERP.

Comment optimiser son titre pour le CTR ?

Deux solutions :

  • Incluez des nombres dans vos titres d’articles car ils attirent l’attention. Selon une étude SEO menée par le site Conductor, les titres contenant des nombres obtiennent 36% de clics de plus que les titres sans.

nombres dans les balises titre

 

  • Insérez des parenthèses. Quand l’équipe d’Hubspot a analysé 3 millions de titres, ils ont remarqué que les crochets et les parenthèses boostaient le CTR de 38%.

Exemple : 12 Façons d’Obtenir des Abdos d’Acier [FICHES D’EXERCICES] 

Tip SEO #9 – Obtenir des backlinks de qualité

Si vous souhaitez vous classer sur la première page de Google, vous devez créer des backlinks à partir de sites et de blogs d’autorité.

Heureusement, ce n’est pas aussi difficile qu’il y paraît.

Voici quelques pistes…

Tout d’abord, trouvez un contenu de votre secteur qui a déjà bien fonctionné (en termes de liens).

Le moyen le plus simple de le faire ?

Recherchez simplement votre mot-clé sur Google et consultez les résultats de la première page. Parcourez les sites et créez un contenu 10 fois meilleur que ce que vous venez de trouver.

Mais pour tirer le meilleur parti de votre contenu, vous devez le promouvoir activement auprès de gros sites de votre thématique (que vous aurez cités dans votre article, idéalement).

Envoyez-leur un mail en leur expliquant que vous venez de rédiger le meilleur article sur tel sujet et que son site y est cité. Demandez ensuite de bien vouloir le partager.

Si vous faites ça sans spammer les gens, ils seront ravis de faire connaître votre article auprès de leur réseau.

Autre astuce pour générer des backlinks, c’est de créer un format qui est plus souvent partagé. Selon une étude de Buzzsumo sur plus d’1 million d’articles, il s’agit de :

  • Les articles liste
  • Les articles Pourquoi
  • Les articles Comment
  • Les infographies
  • Les vidéos

Enfin, une autre astuce consiste à rédiger des GUIDES COMPLETS. Pourquoi fonctionnent-ils si bien ?

Parce qu’ils contiennent BEAUCOUP de contenu sur une seule page. Et comme votre guide est la ressource “incontournable” pour un sujet, les gens y verront un lien chaque fois qu’ils écrivent sur ce sujet. Voici un exemple de guide complet sur la rédaction web.

Astuce SEO #10 – Penser à la recherche vocale

L’avenir du SEO, c’est la recherche vocale. Il n’y a qu’à regarder ce graphique pour s’en rendre compte :

Il est essentiel de penser à ce paramètre dans une stratégie de référencement naturel.

Cette bonne pratique vous aidera à obtenir de meilleurs classements pour les recherches vocales et à augmenter votre portée organique.

Voici quelques manières de faire :

  1. Utiliser un langage conversationnel pour le contenu. Analysez quel type de mots-clés de question les gens utilisent ? Quel est leur niveau de langage de votre cible ? Quel type de questions se pose-t-elle le plus ? Quelles réponses fonctionnent bien et sont affichées sous forme de résultats de recherche vocale ?
  2. Ciblez des expressions de mots clés à longue traîne.
  3. Incluez des FAQ sur vos pages car elles incluent des questions qui sont souvent posées par vos lecteurs ? Ce facteur est une condition préalable à un bon classement de la recherche vocale. Le format de style FAQ permet à Google d’extraire facilement le contenu de votre site web et de l’afficher sous forme d’extrait enrichi (featured snippet ou position 0).
Apprendre le SEO : pourquoi les rédacteurs web devraient s’y mettre aussi ?

Apprendre le SEO : pourquoi les rédacteurs web devraient s’y mettre aussi ?

 

“Apprendre le SEO : pourquoi les rédacteurs web devraient s’y mettre aussi ?” est un article invité rédigé par Mélissa Minturnes du blog Améliorer son référencement.  Plus d’infos en bas de l’article.

 

Vous êtes rédacteur web ? 

Avoir plus de notoriété et développer le chiffre d’affaires de votre business fait partie de vos objectifs ? 

Vous former en SEO peut transformer votre business ! 

Il n’est plus pertinent d’être simple rédacteur web aujourd’hui. Je veux dire par là que de moins en moins d’entreprises accepteront de payer pour de la simple rédaction. 

Ce qu’elles souhaitent ? 

Des textes optimisés qui permettent de :

  • faire ressortir leur site internet, blog ou boutique e-commerce sur la toile ;
  • les démarquer de la concurrence. 

Ce qu’elles aimeraient encore davantage ? 

Une personne polyvalente qui puisse détecter les points bloquants majeurs de leur référencement (autres que textuels), les guider vers des experts et potentiellement les aider à résoudre certaines problématiques. 

Si vous êtes rédacteur web, vous avez donc tout intérêt à développer vos compétences en référencement naturel.

Détaillons ensemble 4 raisons principales. 

Pourquoi apprendre le SEO lorsqu’on est rédacteur web ? Les 4 raisons principales

1. Maîtriser les trois piliers du SEO pour davantage de performance

Le SEO (“Search Engine Optimization” en anglais, et “référencement naturel” en français) réunit les méthodes qui vous aideront à positionner les pages web d’un site internet, dans les premiers résultats des moteurs de recherche comme Google.

Il repose sur trois piliers essentiels : 

  • savoir créer un site web bien paramétré ;
  • travailler l’optimisation sémantique des pages web ;
  • promouvoir ses contenus pour plus de visibilité et de popularité.

Apprendre le SEO consiste donc à se former sur ces 3 piliers, et vous comprendrez alors que maîtriser la rédaction web ne constitue qu’une strate d’une bonne stratégie de référencement naturel.

Faire l’impasse sur les deux autres piliers, équivaut à rédiger… pour peu de choses ! Vous n’arriverez sans doute pas à positionner vos pages sur des requêtes génériques et concurrentielles.

Bien sûr, il existe toujours des exceptions. 

apprendre le seo

Mais la concurrence est rude : d’après le Blog du Modérateur, 20 milliards de pages sont visitées par Google, chaque jour ! Le géant américain doit donc faire le tri afin de faire ressortir les résultats les plus pertinents. Ces résultats répondent à des critères précis, qui peuvent être rassemblés en trois familles : les 3 piliers que nous avons cités juste au-dessus ! 

Je vous propose de détailler ces piliers.

Savoir créer un blog optimisé 

Avoir un blog optimisé, signifie avoir un blog propre techniquement, et surtout un blog dont la structure (arborescence) est limpide pour Google et les autres moteurs de recherche qui scannent votre contenu ou celui de vos clients. 

Si ces derniers sont sur WordPress, il est assez facile d’identifier si le site est bien configuré. Vous pouvez vérifier la :

  • pertinence du nom de domaine (cohérence avec la thématique des contenus) ;
  • présence du certificat SLL (présence du https:// dans l’URL) ;
  • configuration des permaliens ;
  • présence de plugins de cache et CDN.

Cela ne prend que quelques minutes, et vous permet d’aguiller votre client pour qu’il améliore les performances de son site, blog ou de sa boutique e-commerce. 

Vous pouvez aussi regarder la pertinence de la structure du site.

L’arborescence de site la plus efficace connue à ce jour repose sur le « Topical mesh », que vous connaissez certainement sous le nom de « cocon sémantique » en français. 

Cette stratégie a été popularisée par Laurent Bourrelly et est aujourd’hui connue comme la stratégie SEO n°1 en France 😉 . Pour plus d’informations sur cette méthode, je vous invite à lire mon article « Cocon sémantique et maillage interne : le guide pas à pas ! »

Travailler l’optimisation sémantique de vos pages

C’est LA spécialité du rédacteur web SEO : faire en sorte que les mots-clés les plus pertinents d’un sujet soient utilisés dans un texte.

Objectif ? 

Que Google comprenne de quoi parle une page ou un article.

Notez que le métier de rédacteur évolue.

Désormais, le rédacteur web n’écrit plus seulement pour les moteurs de recherche. Il souhaite produire du contenu pertinent et original pour ses clients. Un contenu qu’on ne trouve nulle part ailleurs, et qui est tellement agréable à lire, qu’un lecteur en demandera davantage.

Pour cela, le rédacteur web SEO n’hésite pas à se former en copywriting et en storytelling. Mais ceci est un autre sujet ;-). Si vous êtes intéressés par ces méthodes, je vous suggère de lire les 3 articles suivants : 

Promouvoir son contenu pour plus de visibilité et de popularité

Un rédacteur web SEO ne doit pas seulement savoir écrire des articles de blog optimisés. Il doit savoir comment promouvoir efficacement les textes qu’il rédige. 

Lorsqu’un de vos clients fait la promotion de son contenu ou d’une offre via la publicité Google ou Facebook, par exemple, il se soumet à des contraintes précises : format de la pub, nombre de mots dans le texte et dans le titre, etc…

Un rédacteur web SEO doit pouvoir aider son client à : 

  • rédiger des titres et paragraphes courts, mais ultra-impactant
  • produire des publicités efficaces (autrement dit, qui convertissent et qui maximisent le retour sur investissement (ROI) de chaque publicité réalisée).

apprendre le seo

2. Apprendre le SEO dans sa globalité pour apporter plus de valeur ajoutée à vos clients 

Vous l’aurez compris, le principal objectif d’apprendre le SEO est d’apporter toujours plus de valeur à votre clientèle ! 

Avec ces nouvelles compétences, vous saurez détecter les points bloquant le bon référencement de vos clients.

Un mauvais référencement peut vouloir dire que les textes d’un site sont mal optimisés, mais aussi, que ce dernier peut rencontrer des problèmes d’indexation, par exemple. 

Ce n’est pas toujours difficile à identifier si vous utilisez les bons outils comme La Google Search Console de Google. 

3. Apprendre le SEO pour élargir votre offre et développer votre chiffre d’affaires

En étant capable de répondre à des problématiques ponctuelles de votre clientèle, vous créez quatre bénéfices simultanés. Vous :

  • renforcez l’efficacité de votre prestation. Il est fort probable que des textes bien optimisés sur un blog/site optimisé ressorte mieux sur les moteurs de recherche ;
  • pouvez élargir votre offre en proposant des prestations complémentaires ;
  • pourrez facturer ces dernières en supplément, boostant par la même occasion, votre rémunération globale ;
  • évitez à votre client de devoir chercher un nouveau prestataire ou une agence pour effectuer des manipulations simples.

4. Maintenir un avantage concurrentiel 

La plupart des rédacteurs web se concentrent uniquement sur la rédaction. 

En étant polyvalent, vous conserver un avantage concurrentiel indéniable.  

Si toutefois vous ne vous sentiez pas capable d’effectuer certaines actions, assurez-vous de pouvoir orienter vos clients vers des experts du domaine. Cela renforcera la confiance qu’ils ont en vous. D’où l’importance de se constituer un carnet d’adresse. 

Pour vous aider à le développer, Pôle Emploi a rédigé un article très intéressant : « Bâtir et développer son réseau ».

Téléchargez votre checklist SEO !

Cliquez pour recevoir une checklist des points SEO à ne SURTOUT pas oublier avant de publier un article.

Comment apprendre le SEO en partant de zéro ?

Que vous soyez novices ou plus avancés en rédaction web, vous pourriez être à la recherche de ressources pour vous aider à développer vos compétences en SEO. Voici quelques suggestions (j’espère qu’elles vous aideront à démarrer sur les chapeaux-de-roues) !

Il y en a pour tous les budgets et tous les niveaux.  

Les livres numériques et guides gratuits

Les livres physiques 

Pourquoi ne pas apprendre le SEO avec un blog ? 

En fait, je vous suggère d’en suivre plusieurs. Et pour ce faire, voici ma technique : créez-vous un compte Feedly, et suivez les 10 blogs en SEO et rédaction web SEO qui vous séduisent le plus. 

Ceci vous permettra d’effectuer une veille régulière (indispensable dans votre secteur), et de compléter vos connaissances en référencement, content marketing, rédaction web, etc. 

Pas envie de chercher les meilleurs blogs à suivre ? En voici une petite dizaine : 

Les formations gratuites 

  • Youtube : vous trouverez pléthore de vidéos sur le référencement naturel. Il y a l’embarras du choix !

Les formations d’experts 

Pour se former en rédaction web ou en référencement, vous pouvez aussi suivre la formation SEO d’experts. Je n’en ai pas suivi, et ne pourrais donc pas vous en recommander une en particulier. 

Toutefois, je peux vous indiquer quels sont les critères pour choisir une formation excellente.

Choisir votre formation en rédaction web SEO

La formation devra vous : 

  • alerter sur l’importance d’avoir un bon niveau grammatical et orthographique. Il peut vous proposer d’effectuer un test, et éventuellement vous suggérer des solutions pour améliorer votre niveau dans ce domaine ;
  • apprendre des bases de la rédaction web (structure d’un texte, balisage HTML, choix du titre, choix des mots-clés, etc.;
  • apporter quelques notions globales de référencement web, pour que vous compreniez quels sont les facteurs qui peuvent influencer le classement des articles/pages que vous rédigez ;
  • expliquer comment vous constituer un portfolio pour prospecter et séduire de nouveaux clients ;
  • coacher pour une organisation efficace en tant que rédacteur web indépendant (pour traiter plusieurs commandes passées en même temps, par exemple, et respecter les délais fournis par vos clients) ;
  • aider à trouver les plateformes pour trouver votre future clientèle ;
  • etc.

Choisir votre formation SEO

Cette formation devra vous expliquer comment : 

  • fonctionnent les algorithmes des moteurs de recherche (et notamment l’algorithme Google) ;
  • créer une structure de site optimisée ;
  • paramétrer correctement votre CMS (notamment WordPress) ;
  • choisir et utiliser les plugins qui vous aideront à booster votre référencement ;
  • optimiser vos textes, pages ou articles ;
  • utiliser des outils dignes de professionnels (tant pour la partie rédaction que pour la partie optimisation technique du site) ;
  • créer une expérience de navigation optimale pour l’utilisateur ;
  • gérer le duplicate content ;
  • etc.

Les communautés sur les réseaux sociaux

C’est une solution efficace pour vous former gratuitement ! 

Intégrez des groupes de conversation Facebook ou des forums. Tous les « topics » (sujets) publiés ne vous intéresseront pas, mais ils vous permettront d’apprendre plein de choses. 

C’est également l’occasion de trouver une « assistance » gratuite, si vous rencontrez des difficultés à mettre en place certaines solutions sur votre site.

Utiliser dès maintenant les outils du référenceur 

Vous n’êtes peut-être pas encore un pro du référencement, mais il existe des outils que vous devriez connaître : 

  • Google Analytics : vous accédez à de nombreuses données sur votre trafic et pouvez analyser les profils de vos utilisateurs, ou encore savoir quels sont les articles qui génèrent le plus de trafic

apprendre le seo

 

La Search Console de Google : pour analyser les performances de votre site et identifier notamment les erreurs d’indexation.

apprendre le seo

GT metrix : analysez les performances d’un site web, et découvrez de quelles manières vous pouvez booster ses performances (en anglais)

apprendre le seo

 

Comment financer une formation SEO ? 

Financer votre formation SEO avec vos propres euros 

C’est la solution la plus simple, mais c’est aussi la plus onéreuse pour votre porte-monnaie. En finançant vous-même votre formation, vous ne bénéficiez par définition d’aucune prise en charge. 

Comment se faire financer une formation ?

Le site de CPF Formation a rédigé un billet pour vous expliquer quelles étaient les solutions disponibles.

En somme, vous pouvez utiliser : 

  • votre CPF (Compte Personnel de Formation), si vous avez cotisé suffisamment d’heures pour vous offrir votre formation ;
  • l’ARE (l’Aide de Retour à l’Emploi). Cette aide est versée par Pôle Emploi à partir du moment où vous êtes encore indemnisé par l’organisme ;
  • le Conseil Général de votre département. Ces aides peuvent être attribuées sur dossier si vous ne touchez plus d’indemnités de la part de Pôle Emploi ;
  • l’Agefiph. Ce fond de financement est réservé aux personnes atteintes d’un handicap.

Apprendre le SEO : ce qu’il faut retenir 

Aujourd’hui, être un simple rédacteur web ne suffit plus ! Vous devez au moins être rédacteur web SEO, afin de produire des textes optimisés pour le référencement de vos clients. Vous devrez également savoir si un blog est suffisamment optimisé techniquement, et conseiller vos clients sur la promotion de leurs contenus.

Apprendre le SEO, c’est développer vos compétences, avoir la possibilité d’élargir votre offre et booster votre chiffre d’affaires.

Vous pouvez tout à fait vous former vous-même au référencement grâce aux nombreuses ressources disponibles sur Internet (blogs, livres numériques et guides gratuits, formation et Vidéos Youtube). Mais vous pouvez également investir : livres ou formations d’experts. Faites votre choix en fonction du temps et du budget dont vous disposez.

En savoir plus sur Mélissa
Hello ! Je m’appelle Mélissa, et je conseille les blogueurs, créateurs d’entreprise et porteurs de projets, afin de booster le positionnement de leur site web sur les moteurs de recherche et améliorer leur visibilité sur la toile. 
 

techniques de copywriting

Écrire un Article Optimisé SEO | La Méthode

Écrire un Article Optimisé SEO | La Méthode

Comme beaucoup de blogueurs et de rédacteurs web, vous aimeriez apparaître en première page de Google. Mais hélas, vous êtes loin, très loin derrière.

Résultat : vos articles ne sont pas lus, ce qui vous donne de moins en moins envie d’écrire.

Heureusement, il existe des méthodes SEO pour travailler votre référencement naturel.

Appliquer ces techniques peut vous apporter des centaines de visiteurs par jour.

Vous voulez apprendre à optimiser un texte qui plaira à Google ?

Il n’y a qu’à demander.

Optimiser un article pour Google : les prérequis

La recherche de mots clés

L’optimisation d’un article de blog commence par la phase de recherche de mots clés. Attention à ne pas sélectionner de requêtes trop concurrentielles sur lesquelles votre blog n’a aucune chance de se positionner.

Ainsi, au lieu choisir « mode femme », préférez « mode femme enceinte printemps-été 2019 ».

Au lieu de « voyage en famille », préférez « voyage en famille pas cher » ou « destination voyage en famille en juillet ».

Ce que l’on appelle la longue traîne.

écrire un article optimisé

Source : Authentique Webmarketing

Contrairement aux mots clés courts et trop généraux, la longue traîne en SEO désigne les mots clés qui attirent peu de visiteurs mais dont le cumul représente une part assez importante du trafic total.

Vu qu’ils sont moins tapés par les internautes, ils sont moins concurrentiels. Vos chances d’être bien positionné dans le SERP de Google sont maximisées.

Vous ne savez pas comment faire pour trouver vos mots clés ? Cliquez sur ce lien pour découvrir les outils gratuits qui vous sauveront la vie.

Deuxième étape à respecter avant d’écrire un article optimisé : trouver tous les mots et expressions en rapport avec votre sujet.

Exemple pour un article intitulé « 10 remèdes naturels pour lutter contre les maux de l’hiver » :

Recettes de grand-mère, plantes, tisanes, biologique, sain, santé, traditions, maladies, rhume, grippe, défenses naturelles, combattre, période hivernale, froid, virus, etc.

Doit-on placer les mots clés tels quels dans l’article ?

Imaginons cette liste de requêtes clés :

Stage couture

Stage couture Paris

Apprendre couture Paris

Trouver couturière Paris

À votre avis, faut-il les conserver tels quels ?

Heureusement, non.

Google sait repérer les mots clés même s’ils sont séparés par quelques petits mots. On écrira donc « Stage de couture à Paris », qui est un brin plus naturel que le mot clé à l’état brut, et donc plus agréable à lire pour les internautes.

En revanche, il n’y a aucun mal à utiliser les mots clés tels quels dans vos sous-titres.

Attention à ne pas faire cette erreur fatale

Je parle bien sûr de la sur-optimisation.

La première des règles à suivre pour écrire un article bien optimisé est d’être le plus naturel possible. Cracher du mot clé à tout va revient à vous tirer une balle dans le pied :

  • vos lecteurs trouvent votre texte nauséabond → ils quittent votre site dès les premières lignes → taux de rebond dans le rouge → Google le remarque → Google vous tue.

écrire un article optimisé

Travailler le SEO, c’est comme en cuisine : il faut savoir trouver le bon dosage entre les mots clés, les synonymes et le champ sémantique. Tout un art !

Concernant le nombre de fois où votre mot clé doit apparaître, je dirais qu’1 fois tous les 150 mots est une bonne base. Avec Yoast SEO, plus besoin de compter. Le plugin WordPress le fait à votre place.

Vous avez trouvé vos mots clés longue traine avec une faible concurrence, vous avez votre champ sémantique. Il est temps d’écrire cet article qui plaira aux moteurs de recherche.

Optimisation d’un article : ce qu’il faut faire

Écrire un article optimisé SEO ne consiste pas à insérer quelques mots clés dans un texte et puis basta. Ce serait trop facile. Vous vous en doutez : il va falloir bosser un peu plus que ça.

Voici la marche à suivre pour optimiser le référencement naturel de votre article.

L’URL de la page

Même si optimiser votre URL ne changera pas vraiment la donne en matière de référencement naturel, je pars du principe qu’il faut maximiser ses chances. Il ne faut donc pas négliger ce détail quand vous voulez écrire un article optimisé.

L’URL de votre article doit contenir votre mot-clé et être courte. Pour ce dernier point, certains experts SEO vous diront que Google sait indexer les URL très longues. Cependant, avouez qu’elles ne sont pas super pratiques à utiliser, notamment quand vous les copiez-collez, pour les partager sur vos réseaux sociaux par exemple.

Évitez également d’utiliser certains mots apportant trop peu de sens comme les articles un, le, la, des, etc., à moins qu’ils soient essentiels à la compréhension (exemple : Le Corbusier, Le Mans).

Enfin, pour séparer correctement les mots, utilisez le tiret (« tiret du 6 »), jamais celui du 8 (ou « underscore »).

Non. Jamais.

écrire un article optimisé

Le titre

On rentre dans le vif du sujet.

Un titre bien optimisé qui vous permettra d’obtenir des résultats en SEO et de booster votre trafic naturel, c’est :

Ce deuxième point est essentiel car votre titre sera repris dans les résultats de Google (en bleu). Lorsque les internautes taperont la requête « tarte au citron », Google vous proposera des contenus dont le titre contient « tarte au citron ».

écrire un article optimisé

Astuce SEO : essayez, dans la mesure du possible, de placer votre mot-clé au début de votre titre.

Téléchargez votre checklist SEO !

Cliquez pour recevoir une checklist des points SEO à ne SURTOUT pas oublier avant de publier un article.

L’introduction

L’introduction (= balise title) s’affiche en bleu dans le SERP :

écrire un article optimisé

Elle est à votre blog ce qu’une entrée est à un magasin de filles. Soit elle vous donne envie d’entrer pour une folle séance de shopping. Soit vous n’avez qu’une envie : aller voir ailleurs.

Autant dire que vous n’avez pas le droit de vous tromper.

C’est interdit.

C’est péché.

D’autant plus que l’introduction d’un article est prise en compte par Google qui la reprendra automatiquement si vous n’avez pas renseigné de méta-description.

Pour une introduction optimisée, suivez ces règles :

  • minimum 1 occurrence de votre mot clé ;
  • un maximum d’expressions relatives au champ sémantique en gras;
  • pas de liens hypertexte (vous invitez votre lecteur à partir à peine arrivé, vous ?);
  • faites saliver votre lecteur avec des questions, du suspense.

Vous savez désormais comment soigner votre intro pour écrire un article optimisé.

Passons au point suivant.

Les balises h2, h3, etc.

Les balises html (#JeMeLaPèteEnSoirée) :

  • facilitent le travail d’indexation des Googlebots, les robots d’indexation de Google ;
  • rendent la lecture plus aisée ;
  • améliorent l’expérience utilisateur.

Divisez donc vos paragraphes en plusieurs parties et sous-parties. Idéalement, un paragraphe ne doit pas faire plus de 300 mots en rédaction web.

L’algorithme de Google étant très sensible aux balises html, vous devrez insérer votre requête principale dans un h2 et au moins 2 longues traînes dans les autres h2/h3.

Envie de plus d’astuces écriture ? Cliquez ici pour découvrir comment écrire vite et bien.

Les liens sortants

Quand c’est possible, insérez des liens pertinents vers des sites externes. Ils offrent à vos lecteurs la possibilité d’approfondir le sujet s’ils le souhaitent. Votre article gagne en qualité et en expertise.

Les robots des moteurs de recherche en sont friands, paraît-il.

Le maillage interne

Liens internes et SEO sont comme pain et beurre. Impossible d’espérer écrire un article optimisé sans utiliser cette stratégie.

Mais attention, vos liens internes doivent fournir une réelle valeur à votre article. Un maillage interne bien pensé améliore l’engagement car il maintient l’utilisateur plus longtemps sur le site, ce qui fait baisser le taux de rebond. Et ça, l’Omniscient Google le voit bien.

Autre chose.

Pensez à optimiser aussi vos ancres de lien, vous savez, le texte cliquable. Car Google considère que les mots de l’ancre font partie de la page cible.

En d’autres termes :

  • si vous utilisez l’expression « stage couture Paris » pour faire un lien vers B, vous optimisez cette page B pour cette requête uniquement ;
  • si vous utilisez 5, 10, 15 expressions différentes (dans plusieurs articles) pour faire un lien vers une même page B, la somme de toutes ces requêtes décuplera les chances pour B d’être mieux référencée.

L’optimisation des images

Un grand classique du SEO.

Les robots ne sachant pas décoder les images, vous devrez renseigner le texte alternatif « ALT » en utilisant votre mot clé principal.

Ensuite, réduisez la taille de vos images car la vitesse de votre site est un paramètre important en référencement naturel. Pour compresser mes images, j’utilise l’outil en ligne gratuit Compressor.io.

La méta-description

écrire un article optimisé

La méta-description se trouve sous le titre dans le SERP.

Même si elle n’a pas un impact direct sur votre référencement naturel (dixit Google), ne négligez pas votre méta-description. Elle permet à vos visiteurs de mieux identifier le contenu de votre page et donc d’obtenir des clics (vous achèteriez un livre sans avoir lu la quatrième de couverture, vous ?).

Voici comment rédiger une bonne méta :

  • faites court : entre 150 et 160 caractères, sinon elle sera tronquée ;
  • renseignez votre mot-clé qui apparaîtra en gras pour attirer l’œil ;
  • insérez des verbes d’action (cliquez ici pour découvrir, laissez-vous guider, découvrez, consultez, etc.) pour inciter au clic ;
  • décrivez le contenu de la page cible ;
  • soyez cohérent avec le sujet de votre article.

Le SEO n’est pas la seule méthode pour booster votre business en ligne. Essayez aussi les mots magiques.

Écrire un article bien optimisé : les petits trucs qui font la différence

Les commentaires des lecteurs

Quand vous rédigez un article sur un thème donné, les commentaires comporteront très probablement des requêtes clés autour du thème en question. Les commentaires vont produire du contenu ciblé sur votre blog sans que vous n’ayez rien à faire (à part répondre, bien sûr).

C’est la raison pour laquelle vous devez à tout prix créer de l’engagement en encourageant vos lecteurs à réagir à votre article. Posez une question, demandez-leur de donner leur point de vue, de raconter une anecdote ou de donner une astuce qui a fonctionné pour eux.

Les boutons de partage

Écrire un article parfait, super bien optimisé, etc. ne suffit pas.

Une fois rédigé, vous devrez le promouvoir, notamment sur les médias sociaux. Vous augmenterez ainsi les chances de rendre votre contenu viral. Et les contenus viraux, Google adoooooooorre ça !

Relayez votre article de blog sur Twitter, LinkedIn, Facebook ou Pinterest. Incitez au partage en insérant des CTA (Call to Action) en fin d’article et des boutons de partage sur votre page. Plus vos articles sont partagés, plus Google va s’intéresser à votre blog.

Et si avec tout ça votre article n’est pas SEO-friendly…

Quelle longueur pour un article optimisé ?

Brian Dean, expert SEO dont la réputation n’est plus à faire, et des amis à lui se sont amusés à analyser 1 million de résultats Google (bah, oui, on s’amuse comme on peut chez les SEO addicts).

Ils en ont conclu que les articles longs avaient tendance à être mieux positionnés dans le SERP. Les résultats classés en première page contenaient une moyenne de 1 890 mots.

écrire un article optimisé

On est loin des 300 mots minimum requis par WordPress.

Comment Dean explique ceci ?

Trois suppositions :

  1. Les longs articles sont statistiquement plus partagés sur les réseaux sociaux, ce qui expliquerait que Google les aime tant.
  2. Les contenus détaillés, approfondis, etc. permettent au géant américain de mieux comprendre la thématique de votre site.
  3. Une ligne éditoriale faite d’articles longs et d’excellente qualité reflète la volonté du propriétaire du site d’apporter une réelle valeur aux internautes, ce qui lui vaut d’être « récompensé ».

Bon, on pourrait y passer des heures.

Ce qu’il faut retenir, c’est que pour écrire un article optimisé, vous devrez passer la barre des 1 500 mots.

Écrire un article optimisé pour Google : pourquoi ?

Quelques chiffres :

  • 1ère position dans les résultats de recherche de Google : 33% des clics sur ordinateur/30% sur mobile
  • 2ème position : 15,6% des clics sur ordinateur/idem sur mobile
  • 3ème position dans le SERP : 10% des clics sur ordinateur/idem sur mobile

Les 3 premières positions de Google génèrent à elles seules environ 60% des clics.

On continue :

  • 4ème position dans le SERP de Google : 7 % des clics sur ordinateur et sur mobile
  • 5ème position : 5 % de clics sur ordinateur/idem sur mobile
  • de la 6ème à la 10ème position : 4% des clics sur ordinateur et mobile

Enfin, entre 70 et 91,5 % des internautes (selon les études) ne vont pas plus loin que la première page. D’où cette citation célèbre : « L’endroit idéal pour cacher un cadavre : la deuxième page des résultats de Google ».

Voyez vous-même:

écrire un article optimisé

Inspirant, n’est-ce pas ?

Si vous pensiez pouvoir échapper au SEO, ces chiffres sont là pour vous rappeler la dure réalité.

 

Écrire un article optimisé n’a rien de compliqué. Une bonne dose de concentration, des outils efficaces, une méthode bien ficelée et le tour est joué. Vous avez tout ce qu’il faut dans cet article pour apparaître en première page de Google et ravir vos clients (si vous êtes rédacteur web) ou avoir une tonne de trafic (si vous êtes blogueur).

Dernière chose : soyez patient. Le SEO est un travail d’orfèvre. Vous devrez souvent attendre minimum 6 mois pour récolter les fruits de votre travail. Mais le jeu en vaut la chandelle.  Apparaître en première page de Google, c’est un peu comme gagner le marathon de New-York après s’être durement entraîné, c’est juste carrément le pied. Enfin, vous comprendrez dans quelques temps 😉

Si vous avez aimé l’article, partagez ! Si vous avez une astuce SEO à nous livrer, laissez un commentaire !

écrire un article optimisé

Les Balises HTML en SEO : Tout Comprendre

Les Balises HTML en SEO : Tout Comprendre

Les Balises html en SEO : h1 – h6

Les balises html, plus communément appelées balises <h1>, <h2>, <h3>, <h4>, <h5> et <h6>, permettent de structurer une page afin d’en faciliter sa lisibilité. En plus de cela, elles peuvent influencer indirectement le SEO de vos pages dans les SERPs.

Et parce que leur importance dans l’optimisation des moteurs de recherche et l’expérience utilisateur est si importante, il est essentiel de savoir exactement ce qu’elles sont, et comment les utiliser correctement.

Qu’est-ce qu’une balise html ?

La balise d’en-tête définit l’en-tête principale d’une page (<h1>). Les balises <h2> – <h6> correspondent aux sous-titres de votre page.  Elles sont utilisées comme un résumé du texte et donnent l’essentiel du contenu en transmettant de manière concise son message principal.

Le World Wide Web Consortium définit six niveaux de titres de section en HTML, <h1> étant le plus important et <h6> le moins important :

Pourquoi avez-vous besoin d’utiliser des balises seo ?

Les balises html offrent deux avantages énormes aux pages web : clarté et hiérarchie.

Mais ce ne sont pas les seules raisons pour lesquelles vous devriez utiliser des titres et sous-titres. En fait, les avantages de leur utilisation peuvent être décomposés en plusieurs catégories.

Examinons-les de plus près.

Les balises d’en-tête offrent des opportunités de placement de mots clés

Pour améliorer son référencement, utilisez les termes utilisés par vos clients dans vos balises hn. Vous augmenterez vos chances d’apparaître dans les premières positions.

Pour cette raison, j’ai inclus les mots SEO et balises html dans l’en-tête principale de cet article. Et je vous suggère fortement d’ajouter la requête cible, ou ses synonymes, dans les autres balises titre de votre contenu.

Mais gardez à l’esprit qu’il faut avant tout créer un contenu qui semble naturel et organique pour l’utilisateur.

La hiérarchie permet d’apparaître en position 0

Pour avoir l’honneur d’apparaître dans le Feautred Snippet , vous devez déjà être classé sur la première page (logique) et optimiser votre code html, afin que Google puisse comprendre votre page et afficher une partie de son contenu en position 0.

Cela indique très clairement à Google le contenu de la page.

Bien sûr, vous pouvez utiliser une liste à puces à la place, mais pour le succès du référencement, il est conseillé d’utiliser des balises SEO, en particulier si vous écrivez des textes assez longs. Comme je l’ai fait pour mon article sur les techniques de copywriting :

balise html

Les balises html améliorent l’expérience utilisateur

Autre raison de les utiliser : elles facilitent la compréhension du sujet principal pour les robots (Bing l’a confirmé, alors que Google n’est pas aussi transparent), et les humains.

En effet, un article bien structuré permet de scanner le contenu rapidement. En quelques secondes, un lecteur sait s’il est sur la bonne page ou pas. Avec 43% des personnes déclarant parcourir le contenu pour voir s’il contient les informations qu’elles recherchent, on comprend l’importance des hn pour l’UX.

Simple question : est-ce que quelqu’un lirait votre site si vous publiez des articles aussi indigestes qu’une fondue savoyarde le lendemain du réveillon de Noël ?

balise html

Bien sûr que non. Ils rebondiraient sur votre page comme une balle en caoutchouc.

Les balises améliorent l’accessibilité

La structure des balises html est également cruciale pour l’accessibilité des utilisateurs.

Elles aident les personnes ayant une déficience visuelle à lire le contenu numérique, mais cela profite également aux utilisateurs mobiles, ainsi qu’aux personnes ayant une connexion Internet qui rame.

Gardez à l’esprit qu’en règle générale, si c’est bon pour l’accessibilité des utilisateurs, il y a de fortes chances que ça le soit aussi pour l’optimisation des moteurs de recherche.

Vous savez ce qu’est une balise html et leur pourquoi. Voyons maintenant le comment.

Meilleures pratiques pour l’utilisation des balises d’en-tête

Jusqu’à présent, nous avons établi que les moteurs de recherche visent à faciliter la recherche et la recherche de contenu en ligne. Cela signifie que pour avoir une chance d’avoir des classements SEO élevés, vous ne pouvez pas vous permettre de ne pas optimiser vos balises d’en-tête HTML.

Voici quelques-unes des meilleures pratiques SEO pour créer des en-têtes HTML efficaces dans votre contenu.

Focus sur la balise <h1>

Je tiens d’abord à dire que même si vous pouvez obtenir un classement organique sans utiliser de balises hn (selon Google), c’est une opportunité gaspillée qui vous donnera un SEO incomplet.

Maintenant, puisque la balise d’en-tête <h1> est censée décrire clairement le contenu présent sur une page, elle doit :

  • contenir le mot clé principal ;
  • ne doit pas comporter plus de 4-5 mots ;
  • être écrite de façon concise, naturelle et organique ;
  • être utilisée une fois par page.

Et bien que la présence de plusieurs balises <h1> ne soit pas officiellement un problème, c’est une erreur SEO car Google donnera :

  • plus de poids pour la première balise <h1> ;
  • du poids égal à chaque balise <h1>, ce qui entraîne une diminution globale de leur valeur.

Je vous conseille donc de vous en tenir à l’utilisation d’un seul <h1> à des fins de bon référencement.

Pour rappel : la balise de titre (<title>) apparaît dans les résultats de la SERP. Son objectif est d’inciter les gens à cliquer sur la page. La balise <h1>, quant à elle, agit comme le titre principal de la page lorsque le lecteur y atterrit.

Téléchargez votre checklist SEO !

Cliquez pour recevoir une checklist des points SEO à ne SURTOUT pas oublier avant de publier un article.

Utilisation appropriée des balises <h2> – <h6>

L’utilisation des balises d’en-tête <h2> – <h6> dépend uniquement de la complexité du contenu.

Il est courant d’utiliser les balises <h2> et <h3>, tandis que <h4> est rarement utilisé, sans parler des balises <h5> et <h6>, utilisées dans des textes longs avec des structures complexes, comme des documents techniques et juridiques.

Quoi qu’il en soit, voici mes conseils pour une bonne utilisation des balises html <h2> – <h6> :

  • créez un plan de votre article avant de rédiger. Cela vous permettra de mettre en place vos idées et de placer vos hn correctement ;
  • utilisez autant de balises d’en-tête <h2> que nécessaire pour marquer les différentes sections de contenu d’une page. Il est courant d’avoir une balise <h2> tous les 200-500 mots pour aérer le texte ;
  • elles doivent être pertinentes par rapport au sujet, et naturelles ;
  • utilisez-les pour susciter l’intérêt des lecteurs, afin qu’ils soient assez curieux pour lire le paragraphe suivant ;
  • maintenez la hiérarchie des balises et ne sautez pas les niveaux :  on ne passe pas de h1 à h3 ou de h2 à h4.
  • optimisez toutes les balises html pour les featured snippets ;
  • retouchez les balises hn lors de la mise à jour de votre contenu pour permettre aux moteurs de recherche de remarquer plus facilement les changements.

Cependant, je tiens à souligner une chose.

Depuis que Google a déployé l’algorithme de recherche Hummingbird, les robots saisissent la signification sémantique globale d’un texte.

En conséquence, la valeur d’une page pour les internautes n’est plus seulement mesurée par les mots clés utilisés. Les images, la structure, les synonymes, les définitions contextuelles et l’utilisation du langage sont examinés dans leur intégralité.

Dans l’ensemble, nous pouvons dire que le classement SEO d’une page repose désormais fortement sur une combinaison de plusieurs paramètres :

  • la pertinence ;
  • la qualité ;
  • l’expérience utilisateur (UX).

Ce qu’il faut retenir sur les balises html

Les balises html, même si elles font peur aux débutants en SEO, sont finalement très simples à maîtriser. Ce qu’il faut retenir, c’est qu’elles structurent une page et aident à la compréhension de votre contenu. C’est bon à la fois pour les robots et les internautes. Alors, amis rédacteurs : ne les ignorez plus !

Vous avez aimé l’article ? Alors partagez 🙂

Les 3 Meilleurs Outils SEO selon Neil Patel

Les 3 Meilleurs Outils SEO selon Neil Patel

Les 3 Meilleurs Outils SEO pour Atteindre la 1ère Place sur Google

Imaginez que vous puissiez connaître la stratégie de référencement naturel de l’un des meilleurs spécialistes marketing et SEO au monde.

Imaginez que vous puissiez savoir quels outils SEO il utilise pour être premier sur Google. C’est ce que je vous propose dans cet article.

Découvrez les 3 outils de référencement chouchous de Neil Patel.

Les outils SEO : pour quoi faire ?

Utiliser des outils SEO fiables et faciles à utiliser ne fera que renforcer votre stratégie de référencement, ô combien essentielle pour votre site ou votre blog.

Vous obtiendrez de précieuses informations non seulement sur les performances de votre site, mais également sur ceux de vos concurrents dans leurs efforts de référencement.

Voici 4 excellentes raisons de les adopter.

Disséquer la stratégie de référencement des concurrents

De nombreux outils de référencement vous permettent de mieux comprendre la stratégie adoptée par votre concurrence.

Vous pouvez voir :

  • leur nombre de visiteurs mensuels ;
  • leur classement général ;
  • leur positionnement sur telle ou telle requête.

Mais aussi :

  • contrôler la performance de leur contenu ;
  • identifier l’origine de leurs backlinks, les textes d’ancrage, et bien plus encore.Vous pourrez alors établir un plan pour atteindre ces mêmes sites afin de générer des liens vers votre propre site web ;
  • générer des tas de nouveaux mots clés potentiels auxquels vous n’aviez pas pensé.

Gagner du temps et de l’argent

Les audits de référencement complets fournissent une mine d’informations en matière d’identification des problèmes de sites web (pages orphelines, titre de pages manquants, méta-description manquantes, liens brisés, etc.). Malheureusement, ces audits approfondis requièrent du temps et de l’argent.

Les outils SEO permettent de réduire ce temps et ce coût tout en offrant des résultats de qualité égale.

Rechercher des mots clés à conversion élevée pour votre marketing de contenu

Trouver les bons mots clés est plus facile à dire qu’à faire. Il ne suffit pas d’identifier simplement les termes de votre niche présentant un volume de recherche décent et une faible concurrence. De nombreux autres facteurs entrent en jeu.

L’intention de l’utilisateur, par exemple, importe tout autant. Cherche-t-il :

  • des informations gratuites ?
  • à résoudre un problème ?
  • à acheter un produit ?

Utilisez les outils SEO pour trouver des mots clés :

  • sur lesquels vous êtes déjà positionné, mais qui nécessiterait une optimisation supplémentaire pour faire une énorme différence ;
  • que vous utilisez bien et qui présentent des variantes qui méritent d’être ciblées.

Ces informations vous indiqueront si le contenu existant doit être optimisé ou si un nouveau contenu doit être ajouté.

Suivre les progrès de votre référencement et les indicateurs de performance clés

De nombreux propriétaires de sites web considèrent leur classement comme la principale mesure de leur succès en référencement naturel. Mais il existe de nombreux autres paramètres à prendre en compte, comme le trafic organique et les conversions.

Ceux-ci peuvent être difficiles à calculer par vous-même. Heureusement, les outils de référencement vous livrent vos indicateurs de performance clés comme :

  • le classement des mots clés ;
  • l’autorité de votre domaine ;
  • le trafic ;
  • le nombre de clics ;
  • etc.

Il est utile de mesurer vos progrès sur plusieurs métriques et plateformes pour vous assurer que non seulement vous obtenez plus de trafic, mais qu’il est qualifié.

Les outils SEO qu’utilise Neil Patel pour se positionner à la 1ère place

Ubbersuggest

C’est un outil SEO gratuit que je recommande grandement.

Comment l’utilisez ?

Vous pouvez prendre tous les mots clés sur lesquels vous vous positionnez en première page de Google et les entrer dans Ubbersuggest. L’outil va alors vous suggérer des dizaines, voire des centaines de longues traînes pour ces requêtes.

Exemple pour la requête “nourrir son chat” :

les meilleurs outils seo

Et si vous êtes déjà bien positionné sur une requête particulière, il est aussi facile de ranker pour toutes les variations longues traînes de cette requête.

Par exemple, si vous tapez “développement personnel” dans l’outil SEO Ubbersuggest, il va vous donner d’autres expressions clés comme :

  • développement personnel livre ;
  • développement personnel exercices ;
  • développement personnel paris ;
  • développement personnel lyon ;
  • développement personnel formation ;
  • développement personnel coach ;
  • développement personnel pour les nuls ;
  • etc.

En disséminant ces longues traînes un peu partout dans votre contenu, vous allez booster rapidement votre référencement naturel et par conséquent, votre trafic.

Mais le secret, c’est de ne pas simplement ajouter ces mots clés dans votre texte, mais d’ajuster votre contenu, en ajoutant des paragraphes par exemple.

Sinon, ça ne paraîtra pas naturel. Et M.Google sanctionnera.

Google Search Console

meilleurs outils seo

Si vous tenez un blog ou avez accès à la Google Search Console de votre client en tant que rédacteur web, vous ne devez pas ignorer le pouvoir de cet outil SEO.

Je le précise car beaucoup se connectent à leur GSC de temps à autre, quand ils y pensent. Ou quand ils reçoivent un mail de Google leur signalant un problème.

Erreur.

Une des façons d’utiliser la Search Console pour améliorer son SEO (car il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup) est de travailler vos balises title (les titres qui apparaissent en bleu dans la SERP).

  1. Connectez-vous à votre GSC.
  2. Filtrez les requêtes pour lesquelles vous figurez en page 1.
  3. Vérifiez si ces termes sont présents dans vos balises title.
  4. Si c’est le cas, parfait. Sinon, ajoutez-les. Ça vous aidera à gagner plus de clics.

L’autre action à faire est de rendre vos balises title plus attirantes, en utilisant des mots forts et des verbes puissants. Ce que j’appelle des mots magiques.

Vous ne savez pas comment écrire des titres irrésistibles !? Inspirez-vous des couvertures de magazines 🙂

  • “Perdre 10 kilos en 30 jours”;
  • “101 façons d’arrondir vos fins de mois ;”
  • “15 minutes pour avoir une chevelure sexy”;
  • etc.

En rendant vos titres meilleurs, vous allez améliorer votre taux de clic (CTR). Les moteurs de recherche comprendront que votre page est pertinente, vous remontrez progressivement dans la SERP.

Ahrefs

Parmi les outils SEO payants, Ahrefs est le petit chouchou de Neil.

Pourquoi ?

Parce qu’Ahrefs a une fonctionnalité appelée “link intersect” qui vous liste les sites qui proposent des liens vers vos 3 principaux compétiteurs, mais pas vers vous.

Et c’est là que c’est malin. Car à votre avis, si un site ajoute un lien vers tous vos concurrents, quelle est la probabilité qu’ils ajoutent un lien vers votre site (une fois qu’ils sauront que vous existez, évidemment) ?

les meilleurs outils seo selon Neil Patel

Il ne vous restera alors qu’à envoyer un mail à ces sites en leur disant : “Hey, j’ai remarqué que vous faisiez des backlinks vers 3 de mes concurrents (A, B et C). J’ai moi-même un blog dans lequel je traite de tel sujet dont ils ne parlent pas.”

Un moyen efficace de générer des backlinks et d’améliorer son référencement naturel.

Téléchargez votre checklist SEO !

Cliquez pour recevoir une checklist des points SEO à ne SURTOUT pas oublier avant de publier un article.

L’arme secrète de Neil Patel  pour ranker dans le top 3 de Google

Et c’est…. Suspense…. les notifications push.

Même si ce n’est pas un outil SEO en tant que tel, la technique des notifications push aide à une meilleure visibilité et un meilleur SEO.

Qu’est-ce qu’une notification push ?

Ce sont des petites fenêtres qui apparaissent automatiquement sur votre écran pour vous afficher un message :

outils seo

Quels sont les avantages ?

  • Elles sont faciles à utiliser et à gérer pour les internautes qui peuvent s’abonner et se désabonner à tout moment ;
  • Une fois que vous avez créé un nouveau produit, un nouvel article de blog, lancé une promo, vous envoyez une notification qui amènera vos abonnés de nouveau sur votre site = augmentation du trafic provenant de visiteurs réguliers ;
  • Pas de nom, ni d’adresse mail à donner. Un seul clic suffit pour s’abonner ;
  • Votre message s’affiche sous les yeux de vos visiteurs, sans qu’ils soient sur votre site. Par conséquent, cela augmente le taux de clics par un rapport à un mail classique.
  • Vous pouvez construire une base d’abonnés beaucoup plus vite qu’avec un formulaire de contact traditionnel. Environ 12% des visiteurs uniques acceptent de recevoir des notifications push web, selon cette infographie. En comparaison, un taux d’inscription moyen par mail tourne autour de 1,95%.

À long terme, cela augmentera votre trafic, de la crédibilité aux yeux de Google et donc une meilleure position dans la SERP.

Vous connaissez maintenant les 3 outils SEO favoris de Neil Patel. OK, vous n’êtes pas un célébrissime marketeur. OK, votre site n’a pas l’autorité de ses sites. OK, il est plus facile pour Neil de se positionner numéro 1 sur les moteurs de recherche que pour votre petit blog. Mais il a bien fallu un début, même pour Neil Patel. Et s’il avoue avoir un coup de coeur pour ces outils de référencement, c’est plutôt bon signe, n’est-ce pas ?

Je vous laisse explorer ces différents outils, et dites-moi ce que vous en pensez en commentaires 🙂

article de blog

 

 

 

 

17 Façons Simplissimes d’Améliorer Son Référencement

17 Façons Simplissimes d’Améliorer Son Référencement

Les méthodes pour améliorer son référencement sur Google

Comment améliorer son référencement ?

Pas si simple de répondre quand on sait que Google juge un site à travers 200 critères de pertinence.

Néanmoins, des méthodes testées et approuvées par les experts du SEO nous permettent de connaître les actions à mettre en place pour bien optimiser son site.

En quoi être bien référencé est essentiel pour votre site ?

Un chiffre : 33%. C’est le taux de clic sur la première position de la SERP.

Si vous n’êtes pas le numéro un sur la page, vous manquez juste un tiers du trafic potentiel.

Convaincu ?

Voici comment améliorer son référencement sur internet.

 #1. Augmenter le temps passé sur son site

Est-ce que le temps de visite sur votre site est un facteur de classement de Google ?

La réponse est… comme toujours avec Google : peut-être.

Toujours est-il que si quelqu’un repart rapidement de votre page, il envoie un message clair à l’Américain : il ne trouve pas le contenu extra. Avec, pour conséquences, le risque de voir votre page dégringoler dans la SERP.

améliorer son référencement naturel

La question est donc :

Comment empêcher les visiteurs de repartir aussi vite qu’ils sont arrivés ?

En intégrant des vidéos sur votre page.

Selon le blog américain Convince and Convert, insérer une vidéo dans votre article de blog permettrait d’augmenter vos chances d’apparaître dans le top de la SERP de 53%.

#2. Booster son CTR pour améliorer son référencement Google

Outre le fait de modifier la méta-description et la balise title pour augmenter le CTR, vous pouvez aussi utiliser les sitelinks (liens complémentaires vers des pages internes d’un site qui apparaissent sous un lien bleu dans le SERP).

Regardez cette image :

sitelinks

 

Vous pouvez obtenir des sitelinks sur toutes sortes de pages (articles de blog, page À propos…).

Et ces liens pertinents peuvent avoir un impact important sur votre taux de clic.

Comment obtenez-vous des liens vers d’autres pages de votre site dans la SERP ?

Selon Brian Dean, gros blogueur américain : en proposant une table des matières.

Et une fois que la page atteint le haut de la SERP, Google insère des liens annexes automatiquement.

Les pages de son blog qui présentent des sitelinks dans la page de recherche de Google ont vu leur CTR bondir.

#3 – Diminuer la vitesse de chargement de ses pages pour améliorer le positionnement de son site

Le temps de chargement de votre page est important pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, si votre vitesse de chargement est trop lente, Google le reconnaîtra et cela affectera votre classement. De même, la lenteur d’un site a une incidence sur la façon dont vos visiteurs interagissent avec votre site.

Ces signaux négatifs vont tout simplement nuire à votre SEO.

Regardez comment les taux d’abandon augmentent pour les sites web dont le temps de chargement des pages est long :

améliorer son référencement

Les recherches montrent que :

  • 25% des visiteurs abandonnent un site web si le chargement de la page dure plus de 3 secondes ;
  • 80% d’entre eux ne reviendront jamais sur ce site.

 

Shocking, isn’t it ?

À l’inverse, si votre page se charge rapidement, c’est bon pour l’expérience utilisateur (UX). Les internautes reviendront sans cesse.

L’algorithme de Google reconnaîtra la popularité de votre site et ajustera votre classement en conséquence.

Conclusion : optimiser la vitesse de chargement de vos pages aide à améliorer son référencement.

Si vous souhaitez tester la vitesse de votre site internet, des services en ligne tels que Page Speed Insight sont  disponibles gratuitement.

#4 – Produire un contenu hyper qualitatif : le concept E-A-T

Le concept existe depuis 2014, mais la mise à jour Google du 1er août 2018 dernier l’a remis sur le devant de la scène.

Alors, qu’est-ce que l’E-A-T ? En quoi ça aide à améliorer son référencement ?

E-A-T est un acronyme qui signifie :

  • Expertise (=Expertise) : le contenu doit être d’excellent niveau, l’auteur doit avoir une expertise sur le sujet ;
  • Authoritativeness (=Autorité) : l’autorité ne sera acquise qu’avec l’expertise. Pour qu’un site soit doté d’une autorité, il faut que son contenu soit à jour, ses informations fiables et véridiques ;
  • Trustworthiness (= Confiance / Fiabilité) : concerne le netlinking, l’âge du site et la popularité. Par exemple, sur les sites e-commerce, les avis clients pourront prouver que l’entreprise est fiable et bénéficie d’une satisfaction client positive.

Cette notion est très importante pour les sites dits “YMYL” (Your Money, Your Life) qui sont à même de nous aider dans notre vie quotidienne : banque, santé, assurance, sécurité, juridique, etc. Google demande en effet à ce que ces sites soient très pertinents en termes d’EAT.

Il n’existe pas de “score EAT” que Google prendrait en compte dans son algorithme. Il s’agit plus d’un concept, d’un état d’esprit, d’une façon d’aborder vos contenus web pour répondre de la meilleure façon possible à l’intention de recherche des internautes.

Que faire à moyen et long terme ?

Devenir un incontournable expert sur votre sujet (ça prend du temps, mais ça paie).

Que faire à court terme ?

  1. Quand vous devez rédiger un article : regarder les concurrents et faites 2 fois mieux. Vous obtiendrez l’EAT et une meilleure visibilité.
  2. Revoir tout son contenu existant : vérifier les pages de son site, les retravailler, les mettre à jour ou les supprimer si elles ne sont plus pertinentes.

Le SEO, finalement, c’est être meilleur que les autres pour répondre à l’attention du visiteur.

#5 – Optimiser les images pour améliorer son référencement naturel

Les visuels sont un gros plus pour booster le classement SEO de votre blog.

Mais vous devez vous assurer qu’elles soient correctement optimisées, sinon elles auront un impact négatif sur la vitesse de chargement de l’article de blog ou du site web. Pour cela, il faut agir sur :

  • la compression des images pour le web ;
  • les titres et balises ALT afin de nommer correctement vos images (n’utilisez surtout pas de caractères spéciaux (« #/@&(,!’+=.), de caractères accentués (éïèàêîâ…), de majuscules, et remplacez vos espaces par les tirets du 6, PAS du 8). Les crawlers ne comprennent pas le contenu d’une image, ajoutez un attribut ALT pour leur faciliter la tâche.

Supposons que vous vendez des articles de toilette pour enfants.

Au lieu de nommer votre balise ALT «baindouche1», vous pouvez l’appeler «meilleur bain douche pour enfant».

Vous pouvez également utiliser des mots-clés dans le titre de votre image, ainsi que dans la légende ou la description.

#6 – Commencer un blog : un excellent moyen de booster son référencement

Le blogging est un moyen exceptionnel de générer de leads et d’interagir avec les visiteurs de votre site web.

Mais ce que la plupart des gens ne réalisent pas, c’est que le blogging améliore également les classements SEO.

Voici pourquoi :

  • le blog aide à générer du trafic qualifié : la production de contenu frais et actualisé rend les pages de site plus visibles. Votre trafic augmentera naturellement. Bien sûr, vous devez être capable de créer du contenu original, pertinent et optimisé pour les moteurs de recherche ;
  • les visiteurs sont sensibles aux sites qui proposent un contenu récent, dans lesquels on trouve des images, vidéos et autres éléments visuels. Ils reviennent souvent. Votre trafic augmente ;
  • créer un blog et l’enrichir avec des articles régulièrement permet de créer une interactivité avec vos prospects et de l’intérêt envers votre marque ;
  • publier du contenu régulièrement fidélise votre audience. Et des lecteurs fidèles sont des lecteurs qui ont plus de chance de parler de vous, d’améliorer votre autorité et surtout d’acheter vos produits ou vos services. Côté SEO, des internautes qui reviennent régulièrement sur un blog sont des signes qui prouvent la qualité du contenu. Google les positionne favorablement.

En bref, le blogging est le canal idéal pour améliorer son référencement. Si vous n’utilisez pas cet outil pour votre business, je vous recommande vivement de démarrer dès que possible.

30 idées de lead magnets faciles à créer !

Téléchargez votre liste de lead magnets à offrir pour construire votre liste email RAPIDEMENT !

#7 – Structurer son contenu grâce au balisage html

Les titres sont un autre moyen d’améliorer l’expérience utilisateur sur votre site web.

Ils cassent le contenu et facilitent la lecture (ne pas oublier que les internautes scannent le texte).

De plus, les balises rendent le contenu plus digeste et attrayant. Si votre blog n’est qu’un mur de texte, peu de chances que les gens restent dessus. À moins de chercher volontairement la migraine 😊

Si vous utilisez WordPress, vous pouvez facilement modifier les balises hn.

#8 – Utiliser des liens sortants

Je pense que vous l’avez compris maintenant, le SEO est une affaire de crédibilité. Plus un site parait fiable aux yeux des internautes, plus il l’est aux yeux de Google.

Être crédible, c’est proposer des chiffres, des études, des statistiques fiables à vos lecteurs, et donner les sources, comme je le fais moi-même.

L’article que j’ai écrit sur la longueur idéale d’un article de blog en est un excellent exemple. J’y inclus de nombreux graphiques, des chiffres, des rapports d’études provenant de sites d’autorité vers lesquels je redirige.

Mais attention.

Vous devez non seulement créer un lien vers des sites d’autorité, mais également vous assurer que toutes les informations sont récentes.

Les liens sortants vers les ressources de 2009 ne sont pas pertinents et ne seront pas aussi efficaces pour votre classement SEO.

Pensez aussi aux liens internes qui redirigeront les visiteurs vers d’autres pages de votre site web (à ouvrir dans un nouvel onglet).

#9 – Corriger ses erreurs 404

Une erreur 404 est un code d’erreur qui indique que la page web demandée n’a pas été trouvée. Le serveur renvoie vers une page qui affiche cette erreur 404 informant l’internaute du problème rencontré.

À quoi c’est dû, ce truc ? vous demandez-vous sûrement.

À plusieurs raisons :

  • une faute de frappe de l’internaute dans l’url de la page recherchée ;
  • la suppression de la page, de la catégorie ou du produit sans que les liens internes ne soient modifiés ;
  • une restriction spéciale ;
  • une mauvaise redirection des pages.

L’impact le plus important des erreurs 404 se situe surtout au niveau de l’expérience utilisateur. Quoi de plus embêtant que de tomber sur 1 page inexistante. Surtout si l’info que recherchiez était une question de vie ou de mort : « La recette MAGIQUE pour vous débarrasser de vos boutons à TOUT JAMAIS et ressembler à Gisele Bündchen ou à Brad Pitt».

Comment savoir si votre site contient des erreurs 404 ?

  1. Sur l’outil SEO Search Console de Google, onglet “Couverture” dans le menu de gauche.

  1. Au moyen d’un crawler comme SEO Crawler.

Comment on corrige ces vilaines bêbêtes ?

Vous pouvez rediriger :

  • vers une page équivalente (redirection 301) ;
  • vers la homepage ;
  • vers une tête de rubrique/catégorie ;
  • vers une page d’attente (redirection 302).

La gestion des 404 n’est pas simple. Il faut savoir qu’il n’t a pas de solution gravée dans le marbre. À vous de voir au cas par cas. L’important étant de comprendre qu’il faut les traiter pour améliorer son référencement Google.

#10 – Fournir des informations de contact à jour

En parlant de confiance et de crédibilité, avez-vous déjà eu du mal à trouver les coordonnées d’une entreprise sur un site web ? Qu’en avez-vous pensé ?

En clair, cela ne doit jamais arriver pour votre propre site.

Rappelez-vous : FIABILITÉ, CRÉ-DI-BI-LI-TÉ.

Toutes vos informations de contact doivent être claires et visibles pour que les gens puissent les trouver, idéalement dans le footer de vos pages.

#11- Choisir les bons mots clés pour optimiser son site

Votre objectif en référencement naturel doit être la recherche d’un trafic important mais avant tout un trafic de qualité.

Cela passe par le choix des bons mots clés.

Trois paramètres à prendre en compte :

  • la quantité de trafic générée par le mot-clé, c’est-à-dire le nombre de fois qu’un internaute saisit tape la requête dans le moteur de recherche, c’est-à-dire le volume de recherche ;
  • la convoitise que le mot-clé suscite. En d’autres termes : la concurrence. Rappelez-vous qu’il n’y a que 10 places sur la SERP (9 si l’on prend en compte la position 0, ou featured snippet). Et plus il y a de sites souhaitant se positionner sur un mot-clé, plus être bien référencé sera difficile ;
  • la pertinence du mot clé : il doit correspondre à votre activité et aux recherches de vos prospects.

Le mot clé idéal pour améliorer son référencement regroupe donc ces 3 qualités :

  • adapté à votre site ;
  • peu concurrent, afin d’obtenir rapidement un bon classement SEO ;
  • recherché par votre cible.

Je vous explique comment trouver des mots clés dans cet article.

#12 – Rédiger des titres qui incitent au clic

La première chose à savoir sur la rédaction de titres pour les moteurs de recherche, c’est ceci : vous n’avez que 65 caractères pour convaincre.

Une fois ceci en tête, voici les ingrédients d’un bon titre d’article de blog :

  • curiosité : titiller la curiosité du lecteur incite au clic ;
  • bénéfices : que va atteindre le lecteur à la fin de l’article ;
  • émotions : un titre « émotionnels » auraient un CTR 7,3% supérieur selon une étude menée par Brian Dean et ClickFlow ;
  • réalisme : pas de promesses impossibles à concrétiser.

#13 – Oublier le duplicate content

Selon Google :

“Un contenu dupliqué fait généralement référence à des blocs de contenu importants au sein d’un même site ou entre des domaines qui correspondent complètement à un autre contenu ou qui sont sensiblement similaires.”

Cette pratique est lourdement sanctionnée par le moteur de recherche.

Imaginons 3 pages présentant le même contenu. Google ne sachant pas définir laquelle en est à l’origine, elles pénalisent les 3.

Que risquent-elles ?

  • la rétrogradation du site copieur dans la SERP ;
  • la disparition complète du site dans les recherches naturelles (SEO) : Google décide de ne plus jamais crawler la page.

Aïe, ça fait mal.

#14 – Adapter son site pour la navigation mobile

Le mobile est le futur du référencement naturel.

Selon Google, il y a 27,8 milliards de requêtes supplémentaires effectuées sur les appareils mobiles par rapport aux ordinateurs de bureau.

D’où la mise en place de l’Index Mobile First, qui classe les résultats de recherche uniquement en fonction de la version mobile de votre page.

Si votre site n’est pas responsive, il n’offre pas une expérience utilisateur optimale. Vos classements sont susceptibles de chuter peu à peu.

Mais la majorité des thèmes WordPress le sont, donc, a priori, pas de problèmes.

Pour tester votre site internet ou une page, vous pouvez utiliser des outils comme Google Search Console, dans l’onglet Ergonomie mobile.

Pensez aussi à adapter vos mots clés au format mobile.

En 2016, aux États-Unis, 20 % des internautes qui surfaient via leurs smartphones utilisaient la reconnaissance vocale (Source : Google). Or, on le sait, ces requêtes sont plus complexes et plus longues.

Si votre source de trafic principale est le mobile, il faudra prendre en compte ce paramètre pour améliorer votre référencement. Vous pouvez avoir cette info sur la page d’accueil de votre Google Analytics.

#15 – Rédiger une méta description alléchante

Même si Google insiste pour dire que les méta-descriptions n’aident pas à améliorer le SEO, on sait tous qu’elles ont une incidence directe sur le CTR.

Une méta description copywritée incite l’utilisateur à cliquer sur votre lien dans la SERP. Et l’on sait que plus votre CTR est élevé, plus Google jugera vos données pertinentes et vous classera haut.

En clair : les méta descriptions ont un effet sur votre classement SEO.

Aussi, incluez votre mot clé principal dans votre méta description, Google le mettra en gras.

Autre conseil : soignez votre intro. Google l’utilise souvent pour créer la méta de votre article.

Un article sur le blog vous aidera à écrire une introduction au top.

 #16 – Avoir des URLs propres et optimisées

Quelques règles simples :

1.Les URLS doivent être compréhensibles à la fois pour les internautes et les robots d’indexation.

Si vous souhaitez ranker votre page sur le mot clé meilleure tondeuse à gazon, vous devriez écrire l’URL comme ceci :

http://votredomaine.com/meilleure-tondeuse-gazon

Et non :

http://votredomaine.com/index.php?=7854225=l23=?p=654

2. Vos URLs doivent contenir votre requête principale.

3. N’utilisez pas de majuscules.

4. Séparez vos mots avec les tirets du 6. Le 6, toujours le 6.

#17 – Transformer un article bof bof en publication SEO-friendly

Si vous me lisez depuis un certain moment, vous aurez compris que les articles longs sont les mieux référencés.

En moyenne, le nombre de mots placés en 1ère page de la SERP est de 1 890 mots. Voici donc un petit truc à faire pour améliorer son référencement sans trop se prendre la tête.

Recherchez un article court, plutôt bon mais dont vous n’avez pas exploité tout le potentiel.

Ensuite, passez 30 minutes à « renforcer » ce texte en ajoutant :

  • du texte ;
  • des tableaux, des graphiques, des éléments visuels ;
  • des chiffres, preuves à l’appui ;
  • des citations ;
  • des vidéos ;
  • etc., jusqu’à ce que le contenu soit de bonne foi.

Maintenant, c’est à votre tour…

Cet article propose des techniques pour améliorer son référencement. Maintenant, je veux vous laisser la parole.

Laquelle des 17 stratégies de référencement allez-vous tenter ?

Faites-le moi savoir en laissant un commentaire. Et avant de partir, n’oubliez pas de télécharger votre checklist SEO …

Téléchargez votre checklist SEO !

Cliquez pour recevoir une checklist des points SEO à ne SURTOUT pas oublier avant de publier un article.